Archive

Archives pour la catégorie ‘Linux’

Édition de tag RFID MIFARE sous Linux avec le lecteur ACR122

25/02/2019 Aucun commentaire

Ayant récemment acquis un lecteur NFC ACR122, je m'attendais à trouver un logiciel me permettant de l'exploiter simplement sous Linux Mint.

Étonnamment, je n'en ai pas trouvé, et l'emploi du lecteur pour programmer des tags Mifare s'est avéré moins intuitif que je ne l'espérait.

Après quelques heures de galère, voilà un résumé de la procédure :

Installation

Installer libnfc et ses outils :

$ apt install libnfc-bin

Modifier le fichier /etc/modbprobe.d/blacklist-libnfc.conf pour inclure le driver pn533_usb. En effet, celui ci (ainsi que les autres déja inclus dans ce fichier ) interfèrent avec le bon fonctionnement du pilote utilisé par libnfc :

$ echo "blacklist pn533_usb" >> /etc/modprobe.d/blacklist-libnfc.conf

Redémarrer la machine ( cette fois ci le bon pilote sera chargé ).

Lister les tags visibles

Lister les tags visible s'effectue avec la commande nfc-list :

A vide (sans tag sur le lecteur )


$ nfc-list
nfc-list uses libnfc 1.7.1
NFC device: ACS / ACR122U PICC Interface opene

Avec un tag Mifare sur le lecteur ( UID = A4 0B 44 76 )

$ nfc-list 
nfc-list uses libnfc 1.7.1
NFC device: ACS / ACR122U PICC Interface opened
1 ISO14443A passive target(s) found:
ISO/IEC 14443A (106 kbps) target:
ATQA (SENS_RES): 00 04
UID (NFCID1): a4 0b 44 76
SAK (SEL_RES): 08

L'option -v permet d'en savoir plus sur le tag détecté ( ici un tag différent de celui lu précédemment ) :

$ nfc-list -v
nfc-list uses libnfc 1.7.1
NFC device: ACS / ACR122U PICC Interface opened
1 ISO14443A passive target(s) found:
ISO/IEC 14443A (106 kbps) target:
    ATQA (SENS_RES): 00  04  
* UID size: single
* bit frame anticollision supported
       UID (NFCID1): ec  11  9c  1e  
      SAK (SEL_RES): 08  
* Not compliant with ISO/IEC 14443-4
* Not compliant with ISO/IEC 18092

Fingerprinting based on MIFARE type Identification Procedure:
* MIFARE Classic 1K
* MIFARE Plus (4 Byte UID or 4 Byte RID) 2K, Security level 1
* SmartMX with MIFARE 1K emulation
Other possible matches based on ATQA & SAK values:

0 Felica (212 kbps) passive target(s) found.

0 Felica (424 kbps) passive target(s) found.

0 ISO14443B passive target(s) found.

0 ISO14443B' passive target(s) found.

0 ISO14443B-2 ST SRx passive target(s) found.

0 ISO14443B-2 ASK CTx passive target(s) found.

0 Jewel passive target(s) found.

Lecture / écriture

Les opérations de lecture / écriture sur un tag Mifare Classic s'effectuent avec la commande nfc-mfclassic. Les clés par défaut sont utilisées mais il est possible de spécifier sont propre fichier de clé ( cf man nfc-mfclassic)

Lecture du contenu du tag et enregistrement dans le fichier mifare.mfd

$ nfc-mfclassic r a mifare.mfd
NFC reader: ACS / ACR122U PICC Interface opened
Found MIFARE Classic card:
ISO/IEC 14443A (106 kbps) target:
ATQA (SENS_RES): 00 04
UID (NFCID1): a4 0b 44 76
SAK (SEL_RES): 08
Guessing size: seems to be a 1024-byte card
Reading out 64 blocks |……………………………………………………….|
Done, 64 of 64 blocks read.
Writing data to file: mifare.mfd …Done.

Ecriture du tag depuis le fichier mifare.mfd

$ nfc-mfclassic w a mifare.mfd
NFC reader: ACS / ACR122U PICC Interface opened
Found MIFARE Classic card:
ISO/IEC 14443A (106 kbps) target:
ATQA (SENS_RES): 00 04
UID (NFCID1): a4 0b 44 76
SAK (SEL_RES): 08
Guessing size: seems to be a 1024-byte card
Writing 64 blocks |………………………………………………………|
Done, 63 of 64 blocks written.

Edition du contenu

Pour l'édition, l'emploi d'un editeur hexadécimal est nécessaire. Je recommande bless. Pour faciliter la lecture du contenu, je préconise d'ajuster la taille de la fenêtre pour afficher 16 octets sur chaque ligne, ainsi chaque ligne contient 1 bloc du tag :


En rouge le bloc 0 contient l'UID de la carte

En jaune le bloc 4 contient les données que j'y ai écrit

Le premier bloc de chaque secteur contient les permissions d'accès. Par défaut l'accès en lecture / écriture est possible avec les clés d'origines. Le bloc 0 est en lecture seule. Attention de ne pas modifier la longueur du fichier ( utiliser le mode remplacement plutôt que le mode insertion avec la touche "insert" du clavier )

Les 16 caractères d'un bloc me suffisant pour mon application, et n'ayant pas de problématique de sécurité, cet article touche à ça fin. Peut être le compléterais-je plus tard si je venais à devoir stocker des données sur plusieurs blocs, ou à mettre en place différentes clés pour l'accès aux données. Ce second cas est cependant improbable, étant donné que les carte Mifare sont gravement défaillante d'un point de vue sécurité (cf les nombreux article sur le web concernant la récupération des clés, ainsi que la possibilité d'obtenir des cartes dont le bloc 0 est accessible en écriture )

Categories: Linux Tags: , , ,

Raspberry Pi : Du son en réseau avec Jack

22/10/2018 Aucun commentaire

Il y a déjà 5 mois, j’expérimentais la transmission de son en réseau avec PulseAudio.

Bien que concluant, le système péchait par sa latence (certes faible, mais toujours perceptible), et son manque de stabilité.

Je me suis depuis penché sur Jack. Il s'agit d'un serveur son pour Linux, axé productivité musicale.

Il est possible de le configurer pour transmettre du son sur le réseau, mais le manque de documentation rend la tâche ardue.

J'ai pu obtenir un système assez stable après de nombreux essais, permettant d'utiliser un Raspberry Pi comme sortie son distante, avec une latence quasiment imperceptible.

Le projet repose sur l'utilisation de NetJack2, la 2ème révision du protocol réseau de Jack, ainsi que l'utilisation de Jack_Autoconnect, et a pour objectif de rendre le fonctionnement aussi fiable que possible.

J'ai rendu l'ensemble disponible sur GitLab : https://gitlab.com/Pilatomic/networkedjack

Le résultat est très satisfaisant, mis a part un unique problème restant : le client ne doit pas être stoppé pendant que le serveur est en fonctionnement, sous peine de devoir redémarrer le serveur. Il est sans doute possible de le régler avec un petit script bash, qui ping continuellement le client, et arrête le serveur lorsque le client n'est pas joignable, mais cette situation n'étant pas pénalisante dans mon cas, je ne me suis pas penché sur le sujet.

L'ensemble est suffisamment fiable, je l'utilise pour de la transmission de son en temps réel en entreprise

Categories: Linux, Raspberry Pi Tags: , , ,

Raspberry Pi : Du son en réseau avec PulseAudio

29/05/2018 Aucun commentaire

Cet article décrit comment utiliser le Raspberry Pi comme sortie son ( sink ) distante ( en réseau ), pour un ordinateur sous Linux.

Il exploite les capacités réseau de PulseAudio, tant coté Raspberry que sur l'ordinateur source.

2 méthodes de connexions sont proposées :

  • La découverte automatique du Raspberry par Pulseaudio, simple et pratique, mais pas toujours très fiable
  • La configuration manuelle du Raspberry comme sortie son "tunnel" sur l'ordinateur source

Lire la suite...

Categories: Raspberry Pi Tags:

Raspberry Pi : Commandes utiles pour réaliser un affichage dynamique en mode portrait

04/12/2017 2 commentaires

Cet article est un mémo contenant lqes commandes utiles pour la réalisation d'un affichage dynamique vertical avec un Raspberry Pi

Désactiver la mise en veille de l'écran

sudo nano /boot/cmdline.txt

ajouter sur la même ligne :

consoleblank=0

source : https://www.raspberrypi.org/documentation/configuration/screensaver.md

Affichage en mode portrait

sudo nano /boot/config.txt

ajouter sur une nouvelle ligne :

display_rotate=1

Fichiers temporaire en RAM (pour économiser des cycles d'écriture sur la carte SD)

sudo nano /etc/fstab

ajouter les lignes suivantes :

tmpfs /tmp tmpfs defaults,noatime 0 0
tmpfs /var/log tmpfs defaults,noatime,size=64m 0 0

Système de fichier en lecture seul

sudo nano /etc/fstab

ajouter "ro" dans les attributs du système de fichier racine

Repasser le système de fichier en lecture / écriture à chaud

sudo mount -no remount,rw /

Point d'accès Wifi pour administration

https://frillip.com/using-your-raspberry-pi-3-as-a-wifi-access-point-with-hostapd/

Categories: Linux, Raspberry Pi Tags:

Grbl Overseer : Une interface de contrôle touch-friendly pour CNC

12/06/2017 4 commentaires

Mon hackerspace local disposant depuis peu d'une fraiseuse à commande numérique pour la gravure de PCB, j'ai beaucoup joué avec.

La machine (low cost, mais robuste) est dotée d'un firmware libre dédié au contrôle de CNC par un hardware basé sur Arduino : Grbl

Plusieurs interfaces utilisateurs (pour PC) existent déjà pour Grbl. Cependant, aucune d'entre elles ne semble permettre la gestion automatisée de plusieurs tâches, ni n'offre d'interface optimisée pour un écran tactile. Ce sont là 2 des objectifs de ce projet.

Capture d'écran avec le panneau "Jobs" déployé

Ses principaux atouts sont :

  • Une interface utilisateur simple, optimisée pour un usage clavier / souris mais aussi sur écran tactile
  • Une prise en main facile
  • Une vue 3D des différentes tâches, ainsi que de la position actuel de l'outil
  • La planification de plusieurs tâches, avec des points d'origine différents
  • La vérification automatique de la validité du gcode, afin d'éviter de rencontrer des erreurs pendant la phase de production
  • Le support de Grbl à partir de sa version 1.1 (celle ci fige enfin l'interface de commande)
  • Commandes de déplacement manuelles exploitant d'interface de "jog" de Grbl 1.1
  • Une console série "futée", afin d'avoir un aperçu clair et détaillé des communications avec la machines
  • Une barre d'état "futée", affichant toujours l'état et la position de la machine, et permettant une lecture rapide même à distance de l'écran
  • Un éditeur de configuration pour les différents paramètres de Grbl
  • Multiplateforme : Windows, Linux, MacOs + Android (en cours de développement)

Le point le plus intéressant, et qui fut même le point d'origine de ce projet, réside dans sa compatibilité avec les plateforme Android.

En effet, les tablettes Android représentent, par leur faible consommation, leur faible encombrement, et leur utilisation intuitive, une plateforme idéale pour une interface utilisateur.

Le support Android, à l'état de preuve de concept, est toujours en développement. Si l'application démarre sur la grande majorité des périphérique, une version  d'Android >= 3.1 et compilée avec le support USB Host est nécessaire pour s'interfacer avec la fraiseuse à travers un convertisseur USB / UART.

Le code source de Grbl Overseer et les instructions de compilation pour Linux sont disponibles sur Gitlab : >> ICI <<

Une archive contenant l'exécutable pour MS Windows est disponible >> LA <<

De nombreux bug subsistent encore, notamment dans la gestion particulière de l'USB et du rendu Open GL ES propre à Android.

Sur PC en revanche, le logiciel devrait se montrer stable, n'hésitez pas à l'essayer, et à me faire remonter vos remarques !

Categories: Linux, Programmation Tags: , , , ,

Un minitel comme terminal linux USB. Partie 3 : Et avec systemd ?

06/11/2016 7 commentaires

Il y a 2 ans déjà, je publiais 2 articles décrivant comme réutiliser un Minitel comme terminal linux USB :

Cependant, si le premier article est toujours aussi pertinent, avec la migration des distributions Linux vers systemd, le nouveau gestionnaire de démarrage, le second article ne permet plus de configurer les Linux moderne pour utiliser le Minitel comme terminal.

raspi-config Minitel

l'outil de configuration raspi-config sur Minitel

Cet article vise donc à décrire la procédure nécessaire pour réaliser cette opération avec systemd sur Raspberry Pi sous la distribution Raspbian, mais cette procédure devrait s'appliquer, éventuellement avec des modifications mineures, à tout autre matériel exécutant une distribution Linux dotée de systemd.

Lire la suite...

MacPro 2006 : Installer Linux sans DVD ni carte graphique EFI

29/05/2016 Aucun commentaire

Après avoir remis en service le MacPro en remplaçant les ventilateurs avant et la carte graphique, il est temps de le doter d'un OS digne de ce nom,  un linux (Mint).

Le MacPro est désormais habité par un pingouin

Le MacPro est désormais habité par un pingouin

Cependant, le hardware peu commun de la machine pose quelques problèmes : seul l'EFI est capable de booter sur USB ( et les distributions Linux récentes nécessitent toute plus d'espace que ce qu'un CD peut offrir), mais il ne s'agit que d'un EFI 32 bits, alors que l'UEFI présent sur les PC ( et géré par la plupart des live Linux ) est en 64bits. De plus, démarrer avec l'EFI avec une carte graphique non supportée par Apple impose de ne pas avoir de vidéo avant le chargement du gestionnaire de bureau.

La solution la plus simple est de graver une distribution sur un DVD. En Effet, après 1min de tentative de boot en EFI, un bios à l'ancienne prend la main et tente à son tour de booter, sur les seuls médias qui lui sont accessibles ( disques sur et médias optiques ).

Cependant, si comme moi vous n'avez pas de DVD sous la main, il est possible d'utiliser un CD d'amorçage. Celui-ci, une fois chargé par le BIOS, va permette de lancer un linux situé sur une clé USB.

Lire la suite...

Categories: Linux Tags: , , , ,

BOB : Une interface de puissance extensible pour Raspberry Pi et Arduino.

21/06/2014 Aucun commentaire

BOB (acronyme de Bob's Output Board) est une interface de puissance : elle permet à de petits appareils (Arduino, Raspberry) de commander des courants relativement importants. Développée au Fablab COAGUL de Dijon, BOB est doté de 8 sorties pouvant commuter jusqu'à 1A chacune dans sa version classique (cette valeur peut être augmentée aisément), protégées contre les surcharges et les court-circuits par des polyswitch (fusible réarmable). La tension maximale commutable dépend des diodes et des mosfets utilisés, et se situe vers 50V pour les diodes et mosfets les plus faibles.

Démonstration ventilateur controlé par Raspberry Pi avec BOB

Un ventilateur contrôlé par Raspberry Pi avec BOB.

Bref, rien qui ne soit très classique. Mais BOB a un atout : il est possible d'en chaîner plusieurs pour obtenir le nombre de sorties requis. Besoin de 8 sorties ? Une seule carte BOB suffit. Besoin de 16 sorties ? Il suffit de chaîner 2 cartes BOBs ! Quelque soit le nombre de cartes BOB utilisées, il suffit de 5 signaux de commande pour piloter toutes les sorties !

De plus, BOB peut être réalisé avec des moyens amateurs (PCB simple face à pistes larges), et n'utilise que des composants courants.

Plus d'info sur la page BOB du Fablab de Dijon.

 

Projet WifiBotBerry : un petit robot télécommandé à base de Raspberry PI

13/04/2014 6 commentaires

Ayant, dans le cadre de mes études, développé un logiciel de contrôle pour la plateforme WifiBot, j'ai réalisé que le concept était très prometteur, et permettait de s'initier facilement à la robotique. Son prix étant décourageant pour un particulier, je me suis mis en tête de réaliser une plateforme semblable, la moins onéreuse possible, à base de Raspberry Pi :

WifiBotBerry

La plateforme WifiBotBerry

L'ensemble ne m'aura couté que 80€ (Raspberry Pi inclus).

Cet article décrit toute la construction du WifiBotBerry, et en particulier l'installation et le paramétrage des logiciels utilisés....
Lire la suite...

Un minitel comme terminal linux USB. Partie 2 : Software Raspberry Pi

11/10/2013 48 commentaires

Cet article décrit la mise en place du software permettant l'utilisation d'un minitel comme terminal sur un Raspberry Pi, avec l'interface USB décrite dans l'article précédent Un minitel comme terminal linux USB. Partie 1 : Hardware.

exemple

Un minitel servant de terminal pour mon Raspberry Pi

Je considère ici que votre Raspbian est installé et fonctionnel sur votre Raspberry. Dès lors, il y a 2 méthodes possibles, menant quasiment au même résultat : un terminal fonctionnel tout à fait exploitable.

EDIT : Bien que les informations contenues dans cet article soient toujours justes, la partie concernant la configuration de getty au démarrage dans le fichier inittab n'est plus d'actualité depuis la migration des principales distributions Linux vers le gestionnaire de démarrage systemd. Pour plus d'informations sur la configuration de systemd, c'est ici.

Lire la suite...